Maladies sous-jacentes

Quels sont les patients exposés à un risque accru d'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) ?

L’hypertension artérielle pulmonaire apparaît plus fréquemment chez les personnes qui présentent des anomalies cardiaques congénitales, des maladies du tissu conjonctif telles que la sclérodermie et chez celles qui ont été victimes d’une embolie pulmonaire (caillot de sang dans les poumons).

Plusieurs maladies augmentent le risque d’hypertension artérielle pulmonaire

Envoyer par mail

Dans le cas de la maladie pulmonaire grave et rare qu’est l’hypertension artérielle pulmonaire, un diagnostic précoce est vital. Pour de nombreux patients, ce n’est toutefois pas évident. Les symptômes associés à l’hypertension artérielle pulmonaire sont en effet similaires à ceux qui se manifestent lors de pathologies cardiaques et pulmonaires plus connues, auxquelles les prestataires de soins, y compris les spécialistes, songent parfois en premier lieu. En outre, hypertension pulmonaire est souvent la conséquence d’une maladie sous-jacente, ce qui fait que la pose d’un diagnostic exact et complet est une procédure complexe.

Problèmes cardiaques
Lorsque le cœur gauche remplit moins bien sa fonction de pompage, par exemple suite à un infarctus du myocarde ou en raison d’un dysfonctionnement d’une valvule cardiaque, la pression augmente dans la partie droite du cœur. Chez ces patients, il ne s’agit pas d’hypertension artérielle pulmonaire. Lors d’une hypertension artérielle pulmonaire, l’augmentation de pression dans la moitié droite du cœur est due aux vaisseaux sanguins des poumons. Ces vaisseaux sont en quelque sorte malades, ce qui fait que leur paroi s’épaissit et que la lumière du vaisseau sanguin se rétrécit, le cœur doit alors exercer davantage de pression pour parvenir à pomper la même quantité sang vers les poumons .

Cause du rétrécissement
Le rétrécissement des vaisseaux sanguins des poumons peut avoir différentes causes. La pression dans la moitié droite du cœur augmente et repousse le septum, la cloison qui sépare les moitiés gauche et droite du cœur, vers la gauche. Suite à cela, la partie gauche du cœur a plus de mal à se remplir. C’est la raison pour laquelle le patient ressent parfois des étourdissements lors d’un effort.

Anomalie génétique
L’hypertension artérielle pulmonaire peut apparaître suite à une anomalie génétique. Dans ce cas, il est fréquent que plusieurs personnes d’une même famille souffrent d’hypertension artérielle pulmonaire. La maladie n’est cependant pas toujours diagnostiquée. Et toutes les personnes qui présentent cette prédisposition génétique ne développent pas la maladie. Les membres de la famille peuvent demander à faire un test de dépistage de cette anomalie génétique ou choisir de se faire suivre régulièrement par un médecin.

Maladie du tissu conjonctif
Les patients qui présentent une pathologie du collagène vasculaire (maladie inflammatoire des muscles et du tissu conjonctif) sont exposés à un risque accru de développer une hypertension artérielle pulmonaire. Cela concerne plus particulièrement les patients atteints de sclérodermie systémique. Environ 10 % de ces patients développeront une hypertension artérielle pulmonaire. Certains types d’anomalies cardiaques congénitales peuvent également provoquer des dommages au système vasculaire pulmonaire. Ces patients peuvent également développer une hypertension artérielle pulmonaire. Ils peuvent aussi être traités par des médicaments contre l’hypertension artérielle pulmonaire.

Le risque d’hypertension artérielle pulmonaire est augmenté par le VIH
Les patients infectés par le VIH courent eux aussi un risque accru de développer une hypertension pulmonaire. Entre un et quatre pour cent des patients infectés par le VIH développent cette maladie, mais la plupart des médecins qui traitent les patients infectés par le VIH y sont heureusement attentifs.

Les patients infectés par le VIH courent eux aussi un risque accru de développer une hypertension pulmonaire. La plupart des médecins qui traitent les patients infectés par le VIH y sont heureusement attentifs. 

Hypertension pulmonaire due à une embolie pulmonaire
« Il existe également une forme d’hypertension pulmonaire provoquée par des embolies pulmonaires chroniques, que l’on nomme hypertension pulmonaire thrombo-embolique chronique (HPTEC) », explique un spécialiste de l’hypertension pulmonaire.

Le dépistage des patients atteints d’hypertension pulmonaire thrombo-embolique chronique est difficile
Tout comme dans le cas de l’hypertension artérielle pulmonaire, le dépistage des patients atteints d’hypertension pulmonaire thrombo-embolique chronique peut s’avérer difficile. La moitié de ces patients ignorent qu’ils ont été victimes d’une embolie pulmonaire. Les études indiquent que, vraisemblablement, environ 1% des patients ayant été victimes d’une embolie pulmonaire développent une hypertension pulmonaire thrombo-embolique chronique.

Problèmes pulmonaires
L’hypertension pulmonaire peut également apparaître en tant que complication d’une maladie pulmonaire, par exemple dans les formes sévères de BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) et d’emphysème pulmonaire, lors de fibrose pulmonaire et de syndrome d’apnées du sommeil sévère. Dans ces formes d’hypertension pulmonaire, les traitements spécifiques contre l’hypertension artérielle pulmonaire s’avèrent cependant inefficaces car la cause se situe ailleurs.


Envoyer par mail