Symptômes et risques

Quand faut-il envisager une hypertension artérielle pulmonaire ?

L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une maladie grave et évolutive. Comme les symptômes sont peu caractéristiques et surviennent fréquemment lors d’autres maladies, il est difficile de poser un diagnostic d’hypertension artérielle pulmonaire.

Les symptômes de l’hypertension artérielle pulmonaire sont aspécifiques et difficiles à identifier.

Envoyer par mail

L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une maladie grave et évolutive. Une maladie évolutive est une maladie chronique qui s’aggrave en permanence. Ce processus peut être lent ou rapide. Comme les symptômes sont peu caractéristiques et surviennent fréquemment lors d’autres maladies, il est difficile de poser un diagnostic d’hypertension artérielle pulmonaire.

Les symptômes de l’hypertension artérielle pulmonaire se rencontrent aussi souvent lors d’autres maladies, ce qui rend le diagnostic difficile à poser.

Qu’est-ce que l’hypertension artérielle pulmonaire ?
L’hypertension artérielle pulmonaire est une maladie grave et évolutive. Une maladie évolutive est une maladie chronique qui s’aggrave en permanence. Ce processus peut être lent ou rapide. L’hypertension artérielle pulmonaire est une forme d’hypertension (élévation de la tension artérielle) qui touche les artères pulmonaires. Les artères pulmonaires transportent le sang pauvre en oxygène du cœur vers les poumons. Les veines pulmonaires transportent le sang riche en oxygène des poumons vers le cœur, d’où il est amené à l’ensemble de l’organisme via l’aorte. Pour comprendre ce qu’est l’hypertension artérielle pulmonaire, il est utile de savoir au préalable comment fonctionne le cœur.

Rôle du cœur
Le cœur pompe le sang pour le faire circuler dans l’ensemble de l’organisme. Le cœur est une gros muscle divisé en deux parties : un côté gauche et un côté droit. Le côté droit du cœur pompe le sang vers les poumons, après quoi le sang revient au côté gauche du cœur et, de là, il est pompé dans tout l’organisme, puis il revient au côté droit du cœur et le cycle recommence. Ce système est désigné sous le nom de circulation sanguine. L’hypertension artérielle pulmonaire engendre une augmentation de la pression artérielle dans le système circulatoire sanguin entre le côté droit du cœur et les poumons.

QUE SE PASSE-T-IL AU NIVEAU DES ARTÈRES PULMONAIRES LORS D’UNE HYPERTENSION ARTÉRIELLE PULMONAIRE ?

Dans les artères pulmonaires (tout comme dans les autres artères du corps), dans des conditions normales, les substances qui contractent les vaisseaux sanguins et celles qui les dilatent se maintiennent en équilibre de manière à réguler le débit sanguin. Lors d’hypertension artérielle pulmonaire, cet équilibre est perturbé et il y a une excédent de substances vasoconstrictrices. Tenter de rétablir cet équilibre constitue souvent le point de départ des traitements potentiels.

Dans le cas de l’hypertension artérielle pulmonaire, ce sont plus particulièrement les équilibres ci-dessous qui sont perturbés :

• Déficit d’une substance vasodilatatrice du nom de prostacycline
• Déficit d’une autre substance vasodilatatrice , le monoxyde d’azote (NO)
• Excédent d’une substance vasoconstrictrice du nom d’endothéline

Ces trois équilibres perturbés sont également appelés les trois «voies métaboliques» pour le traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire.

Chacune de ces trois voies métaboliques peut contribuer au ralentissement de l’évolution de la maladie (l’aggravation progressive et permanente de la maladie).

Les recherches ont fait apparaître que la meilleure solution consiste ralentir l’évolution de la maladie à long terme par un traitement qui agit simultanément sur ces trois voies métaboliques distinctes.

Au fur et à mesure que l’hypertension artérielle pulmonaire se développe, les artères pulmonaires se rétrécissent de plus en plus. Les parois de ces vaisseaux deviennent également plus épaisses et moins souples. Ce rétrécissement et ce durcissement des artères pulmonaires limitent le débit sanguin vers les poumons. Il en résulte que le côté droit du cœur a davantage de difficulté à pomper le sang vers les poumons via ces vaisseaux sanguins, entraînant une augmentation de la pression artérielle au niveau des artères pulmonaires.

Comment cela provoque-t-il les symptômes de l’hypertension artérielle pulmonaire ?
En raison de l’élévation de la pression artérielle au niveau des artères pulmonaires, le côté droit du cœur doit travailler plus dur pour parvenir à pomper le sang vers les poumons via ces vaisseaux. Suite à cela, le côté droit du cœur augmente de volume. Dans certains cas, au fil du temps, le cœur peut commencer à se fatiguer et à être surchargé. Comme le cœur fonctionne moins bien, il y a moins de sang qui parvient aux poumons et l’organisme absorbe moins d’oxygène. Cela peut engendrer une sensation de fatigue et d’essoufflement. Si l’hypertension artérielle pulmonaire n’est pas traitée, le cœur peut devenir défaillant car il continue à s’efforcer de pomper le sang dans les artères pulmonaires en luttant contre cette pression excessive.

« Certains médecins généralistes pensent souvent en premier lieu à d’autres causes et ne référent généralement le patient à un pneumologue ou à un cardiologue qu’après un certain temps. »

SIGNES ET SYMPTÔMES

Signes et symptômes
Peut-être avez-vous constaté les premiers signes suite à un effort physique, par exemple en montant des escaliers, en courant, en escaladant une pente ou en portant des valises. Au fur et à mesure que l’hypertension artérielle pulmonaire s’aggrave, les symptômes peuvent devenir plus fréquents, y compris lors d’un léger effort ou même au repos. Il est possible que vous constatiez que vos symptômes ont une influence sur ce qu vous êtes capable de faire. L’hypertension artérielle pulmonaire est une maladie qui peut s’aggraver au cours du temps. Vous connaîtrez de bons et de mauvais jours. Il existe des traitements spécifiques susceptibles de vous aider.

Il est possible que vous éprouviez un ou plusieurs des symptômes suivants, qui sont très fréquent lors d’une hypertension artérielle pulmonaire :

• essoufflement, plus particulièrement lors d’un effort physique
• fatigue
• étourdissements

Les autres symptômes que vous êtes également susceptible de constater sont notamment :

• sensation désagréable ou douleur dans la poitrine
• pulsation cardiaque rapide et/ou irrégulière (également désigné sous le nom de palpitations cardiaques)
• sensation d’étourdissement ou évanouissements
• gonflement des bras, des jambes ou des chevilles (également appelé rétention d’eau ou œdème)

Les symptômes associés à l’hypertension artérielle pulmonaire sont similaires à ceux qui se manifestent lors de pathologies cardiaques et pulmonaires plus connues, auxquelles les prestataires de soins, y compris les spécialistes, songent parfois en premier lieu.

Envoyer par mail