Transplantation pulmonaire

Une procédure invasive pour guérir les patients souffrant d'hypertension pulmonaire

Une transplantation pulmonaire est en principe la seule chance de guérison lors d'une hypertension pulmonaire car le cœur est capable de se rétablir suite à cette intervention chirurgicale. Le nombre de donneurs est malheureusement insuffisant pour venir en aide à tous les patients et tous les patients ne sont pas candidats pour subir une greffe.

Une seconde vie grâce à une double transplantation pulmonaire

Envoyer par mail

Une patiente âgée de 42 ans raconte qu'elle n’avait que 26 ans lorsqu'on lui a appris qu’elle était atteinte d’hypertension artérielle pulmonaire. Ce diagnostic a été posé dans une clinique de Barcelone, où elle vivait à l’époque. Ce diagnostic était alors la pire nouvelle qu’elle ait jamais reçue, mais elle s’est en même temps sentie soulagée. « Parce que cela m’a confirmé que je souffrais bel et bien d’un problème physique au lieu du diagnostic que l’on m’avait toujours présenté jusque-là, «il s’agit probablement d’hyperventilation, vous en faites trop, vous êtes stressée». »

« Et là, je suis soudain devenue cette patiente atteinte d’hypertension artérielle pulmonaire pour laquelle il n’y avait plus aucun traitement possible et qui allait mourir si elle ne recevait pas très vite de nouveaux poumons. »

Après ce diagnostic à Barcelone, elle a découvert un univers dont elle ignorait tout. Quelque chose qui était totalement différent de son quotidien jusque-là. La première période a été une étape psychologique, explique-t-elle. « J’avais planifié ma vie comme quelque chose d’agréable, mais tous ces beaux projets risquaient fort de tomber à l’eau. Il devait donc bien y avoir un plan B. » De 2003 à 2012, elle a vécu en fonction de ce plan B. « Je vivais avec l’idée que je serais certainement, malgré mon hypertension artérielle pulmonaire, ce miracle médical qui se produit une fois par siècle. » C’est cette idée qui, pendant longtemps, lui a permis de tenir le coup. Jusqu’à ce que son organisme commence à faire de plus en plus souvent des «caprices» auxquels les médecins ont fini par s’avérer incapables de remédier. « Et là, je suis soudain devenue cette patiente atteinte d’hypertension artérielle pulmonaire pour laquelle il n’y avait plus aucun traitement possible et qui allait mourir si elle ne recevait pas très vite de nouveaux poumons. J’ai toujours eu très peur de ce moment, mais je savais aussi que c’était cela ou rien. Je n’ai jamais eu de doute quant au fait d’accepter ou non de subir une double transplantation pulmonaire. Pour moi, la mort n’était pas une option envisageable. »

Un immense succès
Pour les gens ordinaires, elle était considérée comme quelqu’un de malchanceux, dit-elle. Parmi les patients atteints d’hypertension artérielle pulmonaire pour qui il n’y a plus d’espoir de traitement, elle est chanceuse, puisqu’elle a eu la possibilité de recevoir de nouveaux poumons. « Parmi les patients greffés, je suis peut-être à nouveau malchanceuse en raison des nombreuses complications qui sont survenues mais, depuis lors, je me considère surtout comme une ex-patiente atteinte d’hypertension artérielle pulmonaire et sous dialyse qui a subi une greffe de poumon et de rein, je me considère surtout comme étant Marlous. Sur le plan de ma santé et dans le monde des patients greffés, je ne suis peut-être pas une superchampionne mais, par rapport au gouffre où je risquais de tomber, tout cela n’est-il pas malgré tout un immense succès ? Laissez-moi juste profiter de la vie à ma manière. Je ne demande pas la perfection. (en riant) Je n’en attendais pas non plus autant de moi auparavant, durant mes études. »

Qui est candidat ?
Les patients souffrant d’une grave atteinte pulmonaire, pour laquelle plus aucun autre traitement n’est possible, sont candidats à une transplantation pulmonaire. En outre, il faut que l’on puisse attendre de l’intervention chirurgicale une bonne espérance de vie et une amélioration de la qualité de vie. Si l’évaluation médicale donne le feu vert, le patient est inscrit sur la liste d’attente d’Eurotransplant. Comme il y a trop peu de donneurs, personne ne peut savoir combien de temps durera l’attente. Toute personne inscrite pour une transplantation doit être joignable 24 heures sur 24. Avant l’intervention, on procède à un examen plus approfondi du poumon du donneur. On découvre parfois des anomalies qui font que le poumon ne peut pas être greffé. La transplantation peut donc encore être annulée à la dernière minute.

Envoyer par mail